Le renard et maladie de Lyme

Le saviez-vous ?

La maladie de Lyme est une redoutable affection

Elle touche de plus en plus de personnes. Heureusement, tout le monde ne développe pas les symptômes de cette maladie, qui, lorsqu’elle s’exprime est extrêmement invalidante (problèmes articulaires, musculaires, cardiaques et neurologiques, invalidants, douloureux et difficiles à guérir).

Elle est transmise par les tiques infectées par une bactérie (Borelia sp.) Le réservoir de cette bactérie est constitué principalement par les animaux sauvages, principalement par les petits rongeurs (mulots, campagnols…). On la contracte en se promenant dans la nature lorsqu’une tique porteuse de la bactérie vous pique.

  • 1 Français sur 4 a déjà été piqué par une tique,
  • La maladie de Lyme fait de plus en plus de victimes : 27 000 cas par an en 2014, 47000 en 2017 et 67 000 en 2018.

Les Renards, une arme efficace contre la maladie de Lyme

Avec le réchauffement climatique, les tiques, actives au-dessus de 10°C, sont de plus en plus agressives. Mais un allié peut nous aider à contrer cette affection. En effet, plusieurs études scientifiques récentes montrent que le Renard, en consommant massivement les petits rongeurs (de 3 000 à 10 000 par an !), constitue une arme efficace de lutte contre la propagation de cette affection. Peut-être la seule dont nous disposions !

Renard capturant un campagnol

Arrêtons de détruire les Renards !

Toute espèce sauvage est dans une relation proie-prédateur dans la nature. L’homme considère comme « nuisible » tout animal qui entre en concurrence avec lui-même et comme animal « utile » celui qui lui facilite la vie. Dans le cas du Renard, il n’y a pas photo. Nous ne mangeons pas de campagnols et le Renard nous aide à limiter le risque de contracter la maladie de Lyme lors de nos sorties dans la nature. Ne soyons pas plus « nuisible » que lui et laissons le vivre…

Pour plus d’informations sur ce sujet, voir l’article complet sur notre site : Le Renard et la maladie de Lyme.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Actualités – 8 octobre 2019

Solidarités !

Vendanges solidaires

Samedi 28 septembre, environ 80 vendangeurs et porteurs de hotte se sont rassemblés pour ramasser le raisin d’un viticulteur d’Émeringes gravement blessé dans son cuvage. Cet élan de solidarité, lancé à l’initiative d’un habitant de la commune et relayé par plusieurs structures (syndicat agricole, pompiers…) des communes d’Émeringes, Jullié, Juliénas, La Chapelle-de-Guinchay, Fleurie et Vauxrenard a permis de ramasser 1,7 ha de vigne en une demi-journée seulement !

Bien que souvent isolés, occupés entre vignes, cuvage et salons de vente, les viticulteurs du Beaujolais sont toujours prêts à venir en aide à l’un des leurs en difficulté. Bravo ! Voir l’article sur le Progrès

« Solidarité Paysans » au cinéma

Lundi 30 à Villefranche et mardi 1er octobre à Belleville nous avons pu participer au débat animé par Solidarité Paysans qui a suivi la projection du film « Au nom de la terre« . Ce film d’Edouard Bergeon, construit comme une saga familiale d’après la propre histoire du réalisateur, porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années. Guillaume Canet joue le rôle de cet agriculteur qui n’arrive plus à faire face aux contraintes et exigences du système libéral agricole qui broie littéralement la petite paysannerie. Un film à ne pas manquer !

Voir la bande annonce du film

Oui à l’énergie solaire !

N’oubliez pas de participer à l’une des réunions publiques organisées par la CCSB dans le cadre de son ambition Territoire à Énergie Positive (TEPos) pour découvrir les possibilités et les atouts de l’énergie solaire avec l’appui de l’association CoopaWatt.

  •     Mercredi 9 octobre à 20h – Les Ardillats – Salle des fêtes
  •     Jeudi 10 octobre à 20h – Monsols – Maison des forestiers et du bois, Col de Crie
  •     Mardi 15 octobre à 20h – Belleville-en-Beaujolais – Mairie, Salle des mariages
  •     Mercredi 16 octobre à 20h – Jullié – Salle des fêtes, Espace Raoul Janin

Téléchargez le flyer de présentation des ces rencontres

La classe en 1 de Vauxrenard vous invite…

Dimanche 13 octobre, la classe en 1 de Vauxrenard vous invite à la salle des fêtes pour déguster saucissson et lard cuits au gêne et pain au feu de bois. À manger sur place ou à emporter. Penser à commander par téléphone au 06 63 92 47 43 ou par courriel à christian.darras@bbox.fr

Château d’Estours, retour sur les journées du patrimoine

Nous vous avions informés de notre participation à l’animation médiévale des journées du patrimoine au château d’Estours situé à Crêche-sur-Saône les 21 et 22 septembre. Durant le week end se sont 657 personnes (443 adultes et 214 enfants ) qui sont venues visiter ce château du XIème siécle et participer aux animations. Un vrai succès !

Voici quelques images de ces deux journées hors du temps : voir les photos

Les problèmes de l’éolien industriel (suite…)

Notre Collectif reste très vigilants sur les risques des projets éoliens industriels. Nous avons rencontré Olivier DUBAR, un des administrateur d’un Collectif d’ Associations Bourgogne Franche Comté qui travaille sur ce sujet.

Leurs préoccupations sont les mêmes que les nôtres et ils ont créé un guide très complet à diffuser largement auprès des élus et des citoyens concernés par leur territoire, leur patrimoine et leur environnement. La Bourgogne Franche Comté a bien le même potentiel limité en vent que notre Haut Beaujolais et ce guide identifie les mêmes aberrations économiques et environnementales que nous avons dénnoncées.

Ce document techniquement très complet met clairement en lumière les contradictions entre le discours « vert » affiché des promoteurs et les tristes réalités des impacts locaux.
Télécharger le document (en ligne sur notre site Internet à la rubrique documents sur l’éolien)

Du nouveau sur le site Internet du Collectif…

Randonnée « par monts et par Vauxrenard »

Une nouvelle page a été ouverte sur le site pour présenter la randonnée « par monts et par Vauxrenard » qui fait le tour de la commune. Présenté dans le cadre de l’application VisoRando, le sentier est détaillé par une personne qui l’a parcouru avec beaucoup d’attention. Voir la page Rando sur le site 

De nouveaux noms d’écoliers

Si vous-même, l’un de vos parents ou grands parents est né dans les années 1930 à 1960, vous pouvez essayer de les retrouver sur les photos scolaires où la plupart des personnes ont été identifiées :

  • 1934 – 42 élèves
  • 1937 – 38 élèves
  • 1953 – 55 élèves
  • 1954 – 55 élèves
  • 1965 – 56 élèves

Faites nous part de vos remarques et corrections éventuelles à notre adresse : accueil@lapierredesaintmartin.org

N’hésitez pas à nous soutenir en adhérant à l’association du Collectif de la Pierre de Saint Martin.

Merci pour votre participation !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Il y a quelque chose qui cloche !

Le saviez-vous ?

Vous ne pourrez plus tirer les cordes du clocher de l’église de Vauxrenard pour faire sonner à la volée Mathilde et Geneviève, les deux cloches de l’église !

En effet, monsieur le maire a décidé de faire électrifier les cloches de l’église de Vauxrenard, impliquant la destruction du système manuel en place.

Certes, il devenait difficile à notre marguiller (le sonneur de cloches) de sonner le glas au « coup par coup » à la demande des paroissiens lors des obsèques d’un habitant de la commune. Il était donc souhaitable de faire quelque chose. Mais de là à démolir le système en place, en parfait état de marche depuis 1841, il y avait un pas à ne pas franchir…

En effet, il était parfaitement possible de mettre en place un « marteau » électrique pour sonner les cloches « coup par coup » (voir ici les différentes façons de sonner les cloches) sans pour autant casser le système de balancement à la volée utilisé lors des offices religieux, messes, mariages, baptêmes… comme cela a été fait.

Sonner les cloches à la main pour ces offices est une tradition en l’église de Vauxrenard depuis près de 1 000 ans. Les cloches actuelles (mises en place en 1841 suite à l’incendie du clocher), ne méritaient pas un tel affront.

Comment une telle décision, coûteuse pour le budget communal (entre à 7.000 et 8.000 euros, conseil municipal du 5 février 2018) a t elle pu être prise sans que les paroissiens soient même consultés pour donner leur avis ?

Incompréhensible !

En effet :

  • il n’est pas difficile de balancer les cloches avec les cordes. Les enfants peuvent le faire sans difficulté, et à leur plus grande joie, pour les baptêmes, mariages, et autres offices religieux !
  • le système en place est en bon état et fonctionne très bien depuis 180 ans !
  • il ne nécessite pratiquement aucun entretien,
  • il est possible de mettre en place un marteau mécanique pour sonner le coup par coup (tintement) sans toucher au système de balancement,
  • personne n’a demandé à modifier ce système, et notamment pas le marguiller que nous avons interrogé.

Par contre, son électrification pose de gros problèmes :

  • elle nécessite la destruction des roues solidaires des cloches qui sont  actionnées par les cordes,
  • cette destruction est une atteinte au patrimoine de ce clocher du XIème siécle, classé aux monuments historiques. Elle ne peut pas être réalisée impunément sans étude préalable sérieuse et dument justifiée,
  • elle prive les paroissiens de ce geste symbolique de « tirer sur les cordes » pour sonner les cloches les jours de fête. Vauxrenard pouvait s’enorgueillir d’être l’une des dernières communes dans laquelle on peut encore « tirer les cloches ».  Adieu ce privilège !
  • elle est très coûteuse (de 6 à 8 000 euros)…
  • elle est fragile et nécessite une programmation sur ordinateur qui sera soumise aux risques de panne par coup de foudre ou surtension,
  • elle nécessite une maintenance permanente (quel sera le coût d’une intervention d’un spécialiste venant de Saint-Etienne ?) Voir le site de l’installateur.
  • elle est dangereuse : des moteurs électriques fixés sur des poutres de 180 ans peuvent déclencher un incendie en cas de court-circuit (le dernier incendie du clocher date de 1823 suite à un coup de foudre),
  • En cas de panne, il sera impossible de sonner les cloches, le système ancien étant détruit et rendu inopérant,
  • la durée de vie du système informatique est ridicule par rapport à celle du système mécanique ancien.

Souhaitons que les matériels cassés et démontés soit restés sur place pour, un jour peut-être, faire revivre nos cloches comme elles le méritent.

 

 

Publié dans Non classé | 3 commentaires